1 août 2014

Akrame

Akrame étant sur ma wish list depuis belle lurette, je me suis dit que cette année ça serait la table idéale pour fêter l'anniversaire de Monsieur mon mari. Ceci était sans compter sur l'annonce du guide Michelin de la 2ème étoile le jour où je comptais appeler, sacrée coïncidence, le guide ne voudrait pas m'engager à tout hasard! Avec un zeste de folie, mais une ombre de lucidité tout de même, j'ai osé appeler avec la certitude de me faire rejeter au téléphone. Mon interlocuteur m'a poliment annoncé que le restaurant était complet pour les mois à venir, mais avant de me congédier, j'ai tenté une dernière carte, le fameux joker, la liste d'attente pour la date convoitée. Bingo! Le jour de mon anniversaire, et avant de nous rendre chez un autre grand chef, mon téléphone sonne, " Madame, c'est Akrame, une table pour deux se libère pour votre date". Définitivement c'était mon jour de chance, malheureusement la présence d'esprit m'a échappé pour jouer un billet d'euromillion! 
  

Le jour J direction Kléber où Akrame est logé dans la discrète rue Lauriston, juste en face de son petit frère, l'Atelier Vivanda pour les carnivores avertis. En entrant on est tout de suite frappé par la sobriété et l'étroitesse des lieux, on comprend véritablement la raison de l'attente à rallonge pour la réservation. La salle à la décoration épurée et chic ne comporte en effet qu'une vingtaine de couverts.
 

 
Deux choix pour la carte du soir, menu coup de coeur en 4 plats (80€) et menu gourmand en 6 plats (100€). Comme la chance y est pour beaucoup dans notre dîner de ce soir, nous allons remercier notre bonne étoile et  profiter jusq'au bout en optant pour le menu gourmand pour explorer toute l'étendue du talent du chef.
 
Plusieurs lectures ont précédé mon dîner au restaurant éponyme du chef, l'occasion de découvrir le portrait d'un artiste sensible, généreux, créatif, et ne cédant pas face aux échecs ( notamment à Tours). Akrame Benallal a bien eu raison de s'accrocher, sa détermination a en effet été récompensée par une première étoile en 2012, puis une deuxième en 2014. Inutile donc de préciser que notre curiosité était aux aguets et nos attentes immenses, surtout deux semaines après l'expérience Passard on se demandait bien comment ce jeune chef allait parvenir à nous épater!
 

 
 

 Picorer/ Tuile/Anchois/ Comté/Brioche

 Picorer/ Parmesan / Pop Corn
Des éléments ludiques pour commencer à picorer avec de déballer le grand jeu

Beurre à la fève Tonka

Végétal/ Poireau/Pistache
Démarrage en douceur avec un velouté végétal agrémenté par le croquant de la pistache

Audace/ Crabe / Algue
Entrée 100% maritime, une ode à l'iode

Expression/ Huître/ Charbon
Le festival du charbon commence maintenant, le chef va en effet y avoir recours à plusieurs occasions et pour des résultats différents.



Carapace/ Homard/ Céleri/ Grenade 
Magistral! Un homard cuit légèrement à table grâce à un bouillon à la citronnelle, et un premier clin d'oeil à la méditerranée avec la grenade.




Le Marin/ Turbot/ Graines de Kamut & Armaunte
Cuisson fabuleuse du turbot

Fraîcheur / Sorbet Estragon/ Vodka

Terre/ Volaille/ Panais/ Badiane
Une volaille cuite lentement et judicieusement accompagnée par des légumes fondants

Pigeon/ Pois Chiche/ Vanille
Un pigeon bienheureux se prélassant sur la purée de pois chiche

Quintessence Ossau Iraty/ Champignons
l'ovni du dîner, nous étions déjà dans une autre dimension!

Gourmandises/ Ananas au charbon en monocrome/ Tout chocolat/ Crème réglisse/ Sorbet yaourt
 
On termine en apothéose avec cette magnifique trilogie de desserts! Un chocolat intensément gourmand, une belle surprise avec l'ananas au charbon, et enfin mon coup de coeur ultime! Une émotion indescriptible en découvrant le sorbet yaourt à la crème de réglisse, d'une onctuosité inouïe, on se sent enveloppé dans du coton, un vrai plongeon dans l'enfance. Je reviendrai rien que pour en regouter!

Chocolat surprise à emporter
 
Point de longs discours, Akrame résume à merveille l'expérience à sa table "Tenter de rendre l'éphémère, inoubliable...". Le meilleur test est bien d'écrire un post longtemps après avoir goûté à ces mets, en l'occurrence quatre mois plus tard, et c'est là où on se rend bien compte que le chef a bien raison, c'est une expérience inoubliable et on est chanceux de l'avoir vécu! Ce qui revient incessament à l'esprit ce sont ces associations originales, ces assiettes délicates et subtiles à la fois, et ces surprises qui imposent le silence à chaque cuillère.
 
Bref un dîner sublime et surprenant! Idem pour le service, jeune, fluide et bien rodé, avec au final un échange fort intéressant à propos de la cuisine du chef et son positionnement par rapport à d'autres étoilés de la capitale. En parlant du chef, il était lui aussi présent tout au long du dîner, en saluant tous les clients en début de service, en présentant certains de ses plats, en les dressant directement sur les tables, c'est tellement rare de nos jours que cela a le mérite d'être applaudi. Pour la petite histoire, une maman japonaise avait invité son fils de...8 ans pour fêter son anniversaire! L'enfant prodige a eu droit à une visite en cuisine, à une toque dédicacée et à une bougie à souffler apportée par Akrame himself! Je pense que je parlerai au nom de tous les clients en salle ce soir là , "Où est ce qu'on avait bien fêté nos 8 ans déjà???"
 
Un sourire béat aux lèvres, nous sommes sortis émus après toutes ces découvertes culinaires, et surtout admiratifs du parcours d'Akrame, sa jeunesse (né en 1981), son freestyle en cuisine, sa spontanéité en salle. Au delà des maisons de renom par lesquelles il est passé (Gagnaire, El Bulli), le plus saisissant c'est manifestement la détermination et la volonté d'Akrame de servir la cuisine telle qu'il l'imagine; contemporaine et audacieuse, avec un brin de folie. Une inspiration des tous les jours, qui le pousse vers un état de création permanent. On repart d'ailleurs avec le menu du jour et les sketchs de tous les plats imaginés par l'artiste, un sacré souvenir!
 
 
 
Akrame
19 Rue Lauriston, 75016 Paris
Tel: 01 40 67 11 16
www.akrame.com

4 juin 2014

Go Go Go to...Frenchie to Go!

Trop facile le titre, je le concède! Mais depuis le temps que je voulais tester le Reuben's, et que je voyais la photo me passer sous le nez dans tous les articles sur le net et même à la télé, je n'en pouvais plus, j'ai donc laissé passer mes neuf mois sans sushi ni pastrami et hop à nous la belle bête!


 
 
                
 
A 15h ce samedi du long weekend de l'ascension, on espérait voir peu de monde, mais c'était sans compter sur la file de fans pointée devant le 9 rue du Nil. Heureusement que ça avance vite car de nombreux clients commandent à emporter, et c'est tant mieux pour nous! A l'intérieur de ce loft à cuisine ouverte il y a en effet peu de places, juste une grande table d'hôtes au milieu et puis des places en bordure de la baie vitrée, ça sera pour nous, en plus parfait pour pouvoir placer la poussette! Service décontracté et sympathique, même pas choqué à la vue de la poussette ;) La commande et le paiement se font à la caisse et on s'installe en attendant notre commande tout en sirotant la ginger beer et l'ice tea maison.

                
 
 


Quelques minutes aprés notre commande est déjà prête: deux tranches de pain toastés entre lesquelles trône ce fameux pastrami (dont le fumage se fait sur place, excusez du peu!), du king's cheddar fondant, un closelaw rouge à base de betterave et de chou rouge et assaisonné de vinaigre acide : généreux, simple et efficace! Rien à dire, les éloges sur ce Rueben's sont bien fondées! A côté des french fries croustillantes et la sauce tartare maison accompagne bien ces fines demoiselles! Notre petite commençant à s'agiter on décide de prendre des desserts à emporter et les déguster dehors avec du café en face chez L'arbre à Café. Énorme surprise pour ces desserts américains, un cookie et un brownie maison, of course, croustillants à souhait, avec une pointe de fleur de sel, de la gourmandise à l'état pur! Bref c'est le maître des lieux qui résume à merveille son bébé je pense " C’est un take away, rien de révolutionnaire, sauf qu’on s’occupe de tout et que ce sera très bon!" plein dans le "nil"!



 
Ce n'est certes pas le sandwich à déguster tous les midis, sinon la note risque d'être salée, 12€ le rueben's, 4€ la portion frites (assez large pour la partager à deux), Ice tea 4 €, cookies 3€50, ça grimpe ça grimpe, heureusement que c'est trop bon! Il faudra même y retourner pour savourer le fish & ships (du merlu de ligne de Saint-Jean-de-Luz), le lobster roll ou encore le hot dog 100% boeuf.
 





Que dire de cette fabuleuse métamorphose de la petite rue du Nil? Une vraie success story! Quasi déserte lors de notre dîner en 2010, maintenant Gregory Marchand y règne en pharaon avec son trio gagnant, l'illustre Frenchie et ses deux descendants Frenchie to go et Frenchie Bar à vin. Il y a même des amis qui sont venus lui tenir compagnie avec Terroirs d'avenir (primeur/boucherie./poissonerie), et juste en face L'arbre à café. Maligne cette dernière échoppe de quelques mètres carrés profite pleinement du succès de Frenchie to go, une fois les sandwichs dévorés, les clients se dirigent automatiquement pour déguster un grand cru à 3€, en voilà une affaire juteuse! Quatre ans plus tard tout le monde est passé par la rue du Nil, sauf la Crise, et ça fait plaisir! 
 
Frenchie to Go
9 rue du Nil 75002
www.frenchietogo.com/

11 mars 2014

L'Arpège

J'ai toujours été intriguée par le mystère Alain Passard, comment oser présenter une carte quasi végétarienne, comment réussir à sublimer de "simples légumes" et décrocher trois macarons, comment bâtir une réputation de magicien autour des légumes et loin de produits nobles tels que les fruits de mer ou les viandes de race, comment un maître rôtisseur s'est muté en maître de la cuisine légumière... Autant de questionnements qui laissaient l'Arpège au top de ma liste de curiosité! Fort heureusement mon homme est toujours là pour répondre à toutes mes curiosités, entre autres les culinaires, et la lumière fût! En cette belle journée ensoleillée du mois de mars j'ai enfin trouvé réponse à toutes ces énigmes.
Au 87 rue de Varenne (à deux pas de l'ambassade de Tunisie, souvenirs souvenirs d'un certain 14 janvier...bref ne nous égarons pas) aussitôt la porte franchie nous étions très bien acceuillis par tout le staff qui était largement préparé à notre arrivée avec une poussette, oui parfaitement! D'ailleurs mention spéciale à la maîtresse des lieux, Hélène Cousin, qui nous a réservé un acceuil très chaleureux et qui a entouré de bienveillance la présence de notre petit ange avec nous, étant elle aussi maman de jumeaux en bas âge, elle a même partagé avec nous une discussion typique sur les petits soucis des jeunes parents.

La salle est relativement petite avec une trentaine de couverts, des couleurs claires, et une décoration épurée. En atterrissant ici les clients viennent clairement pour les produits livrés le matin même du potager de la Sarthe, plutôt que pour s'extasier devant la déco signée par Mr X ou l'agence Y. La clientèle quand à elle est assez hétérogène, des touristes, des chinois, des hommes d'affaire, Jean Claude Dassier, des couples, une famille, une personne solitaire, et une table d'amis du chef, bref un beau melting pot pour ce déjeuner où le restaurant affichait complet!

Le choix ne fût pas difficile, deux menus déjeuner et quelques verres de vin pour monsieur pour accompagner ses plats, ces derniers vont être judicieusement sélectionnés par le sommelier et vont aller crescendo en force et en rondeur tout au long du repas, en tout cas l'intéressé était agréablement surpris par certains crus!

Sinon, et pour en venir a l'essentiel, l'assiette...Comment décrire les plats dégustés ce jour là? Comment retranscrire les émotions et les odeurs qui se dégageaient de chaque plat? Comment qualifier le plaisir après chaque bouchée ou bien la redécouverte de certains légumes longtemps méprisés? Eh bien je crains en être incapable... non seulement de peur de réduire certaines oeuvres à quelques superlatifs réducteurs, mais aussi parce que je suis convaincue que les images parleraient encore mieux pour moi.

Mini tartelettes aux légumes

Sushi à la betterave & raifort frais
Un must de simplicité et de goût


Oeuf fondant à l'ail sprint

 

Fines ravioles potagères multicolores, consommé ambré
Une des préparations mythique de Passard avec des ravioles ultra fines et des saveurs intriguantes et différentes qui se dégagent de chacune d'entre elles.


Radisotto crémeux à la truffe noire
Les italiens peuvent être offusqués de cette interprétation de leur risotto, mais s'ils ont la chance de la goûter ils changeront illico presto d'avis!


Velouté aux parfums oubliés
chantilly au Speck de la Forêt-Noire



Salade de mâche et croustillant noisette
Un mariage bienheureux entre l'acidité de la mâche et la douceur de la noisette. Qui l'eut cru une salade de mâche sous les feux d'un restaurant triplement étoilé! et qui en plus a son petit effet!



Saint-Jacques cuite à l'unilatérale


Vol-au-vent au chou de Milan à la truffe noire


Robe des champs Arlequin merguez végétale à l'harissa
Un des plats phare de Passard, ce couscous en robe de champ est une ode à la nature, aux couleurs et à la fraîcheur.

Après toutes ces saveurs et couleurs du jardin vient le tour des écailles ou plumes. Chanceux que nous sommes nous avons eu droit aux deux, et même à un troisième invité, avec de la lotte servie avec des frites de panais et des choux de bruxelles, du lapin, et enfin une poularde majestueuse qui nous a été présentée dans sa cocotte au foin avant d'être découpée et dégustée sans être prise en photo malheureusement! On comprend nettement mieux après cet intermède les termes "Grande rôtisserie d'héritage Louise Passard", d'ailleurs le portrait de la grand mère du chef trône dans la salle.




Mont d’Or affiné
pomme de terre fumée au bois de hêtre


Sucreries
macaron, nougat, bouton de rose


Place maintenant au sucré, avec tout d'abord un florilège de mignardises, avant de voir débarquer le premier dessert, une magnifique tarte aux pommes, aussi belle que bonne, avec son bouquet de roses fines, et les saveurs d'amande et de caramel, un amour de dessert!

Tarte aux pommes Bouquet de roses
coeur d'amande

S'en suit le millefeuille avec au choix praliné ou chocolat, ici la version praliné et tant mieux vu qu'il y avait un soufflé au chocolat après. Un millefeuille bluffant de légèreté, de croustillant, où la crème est quasiment et curieusement absente.

Millefeuille praliné
Et encore j'ai oublié de prendre en photo le soufflé au chocolat noir anisé et sa crème glacée à la badiane, certes très bon mais difficile d'égaler le soufflé dégusté quelques mois auparavant chez Auguste.
Une expérience inédite, tant par la magie du lieu dont la réputation est tout sauf volée, tant pour la première sortie restaurant avec notre bout de chou. Cette petite aura certainement des goûts de luxe, eh oui le premier chef qui lui adresse la parole n'est autre que Passard, la veinarde!

Je ne sais pas si c'était le sourire de notre princesse ou bien son calme olympien, mais tout le staff était incroyablement aux petits soins avec nous, avec des attentions et des gâteries pendant tout le déjeuner.
Bien évidemment tout cela a un prix, le menu déjeuner coûtant 140€ sans les boissons. Honnêtement, et toute proportion gardée, je trouve que c'est un rapport qualité/prix/plaisir très intéressant, avec un défilé impressionnant de plats et d'ingéniosité. J'avoue avoir arrêté de compter à mi chemin, entre ce qui est énoncé sur la carte et les multiples surprises et suggestions du chef. Pour apprécier ce moment à sa juste valeur il faut bien compter entre 3 ou 4 heures de pur plaisir, une petite parenthèse enchantée qui vous réconciliera éternellement avec les légumes. Sans surprises le soir les prix s'envolent pour atteindre des sommets, 360€ le menu sans vins!

Force est d'avouer que l'engouement mondial pour cette adresse est bien justifié, et que la légende Passard n'est pas le fruit du hasard! L'émotion des saveurs est bien là, juste une sublime délicatesse dans le monde végétal. Chapeau au maestro, ce fût un repas magique, mémorable et inoubliable!

L'Arpège
87 Rue de Varenne 75007
Tel: 01 47 05 09 06
http://www.alain-passard.com/
 

12 déc. 2013

La Cerise sur la Pizza

Au risque d’en choquer plus d’un, j’ai récemment été au Bistrot Napolitain, où nous étions plutôt déçus par les pizzas, qui étaient certes bonnes mais en dessous d’habitude, donc au prix facturé la tentation d’y remettre les pieds n’était pas au diapason ! Heureusement que j’ai entendu parler d’un bon plan qui s’est révélé être une vraie aubaine !  A deux pas du village Saint Paul, dans un mouchoir de poche, se déguste une vraie pépite de pizza!
 
 


 

Une pâte fine et aérienne, des garnitures aux saveurs méditerranéennes, le tout à un prix plus qu’honnêtes, sincèrement what else? Peut être ils devraient juste ouvrir une autre adresse à côté de chez moi pour pourvoir commander à emporter plus souvent ! Alors vous l’aurez compris un énorme coup de cœur pour cette cerise sur la pizza et une spéciale dédicace à Miss Louise pour le bon filon, on en redemande !





la Joliette (15€), tomates cerises, buffala, anchois, olives, persillade
la Conception (12€), tomate, thon, oignon confit, poivron, persillade 


La Cerise sur la Pizza
32 rue Saint Paul 75004
Tel: 01 84 16 64 84

ou encore une autre adresse côté Couronnes

96 rue Jean Pierre Timbaud 75011
Tel: 09 82 31 50 47

http://lacerisesurlapizza.fr/
 

 



 





 

2 déc. 2013

The Sunken Chip

Envie d'un authentique fish and chips sans pour autant traverser le tunnel? Deux Britishs ont eu la bonne idée d'ouvrir une petite échoppe simple et conviviale pour régaler les parisiens en manque de délices d'outre manche!
 
 
Le bar où on peut faire son choix à la carte en VO puis passer les commandes
 
 
Ce soir là, la daurade était à l'honneur donc go pour le catch of the day! avec un menu à 16€ comprenant frites, mushy peas (purée de petits pois) et boisson. Il faut compter 14€ pour un menu avec d'autre choix de poisson comme le merlu ou le lieu jaune.
 
Alors le verdict? C'est gourmand, généreux, le poisson est bien goûteux sans être sec, la panure est fine, une belle réalisation en somme qui n'a rien à envier au véritable fish and chips déjà dégusté à Londres.


 
Pêche du jour: daurade
 

En prime, ils ont un excellent système d'aération, donc en sortant n'ayez crainte, vous ne puez pas l'odeur de friture, c'est toujours plus agréable! Par contre il y a juste quatre grands bancs où on peut s'installer pour picorer dans nos barquettes, donc n'y allez pas avec votre bande d'amis au complet
ou bien avec votre date, vous voilà avertis!

Une petite balade sur le canal Saint Martin s'impose après pour digérer toutes ces calories, et se poser la sempiternelle question, alors on revient quand à Londres?


The Sunken Chip
38 rue des Vinaigriers 75010
Tel: 01 53 26 74 46


9 nov. 2013

Gourmandise du jour


 
Tarte Marron Miel
 
 
Le Loir dans la Théière
3 rue des rosiers 75004
Tel : 01 42 72 90 61