3 févr. 2012

Drouant

A l’approche du weekend, on a 1001 plans en tête pour sortir, voir ses amis, aller au théâtre, au ciné, au restaurant, profiter d’une grasse matinée pour se venger des réveils forcés et frustrants de la semaine… bref tout un programme digne d’un mois et non de quelques misérables jours ! Et puis il faut bien se rendre à l’évidence, ce sacré weekend passe comme un éclair plus vite que son ombre, et nous voilà déjà dimanche entrain de se demander comment optimiser ce dernier jour avant l’éternelle reprise, et surtout éviter le blues du dimanche ! Le duo brunch ciné est toujours gagnant, mais je dois avouer qu’un autre plan fait sacrément concurrence à cette alternative, c’est poulet-frites Drouant, et puis on garde le ciné tout de même !


Drouant est un monument littéraire, hôte du prix Goncourt, et aussi une institution gastronomique. Ici les rsicophobes seront comblés, car rien ne risque venir perturber leur pause gourmande, le service est cordial et professionnel, les salons sont chics, le tout dans une ambiance assez zen et distinguée. L’espace n’étant pas une problématique ici, nous avons le loisir de choisir entre deux étages et des tables élégamment dressées et largement espacées.







Le dimanche ici le poulet fermier rôti est le roi incontestable de la maison, cuit à la perfection et royalement accompagné par de grosses frites. Ces dernières vont jusqu'à oser lui voler la vedette! Bien dodues et dorées, croustillantes à l'extérieur et moelleuses à l'intérieur, elles sont divines, avec autant de succès on nous a même offert une autre portion. Ce festin comprenait également de la salade pour apporter une touche de verdure et équilibrer ce plat bien garni; d'ailleurs elle remplissait parfaitement son rôle, fraîche et bien assaisonnée.







Nous aurions pu s'arrêter là car c'était bien suffisant, mais gourmands que nous sommes nous souhaitons tester autre chose de la carte du chef Westermann, nous avons donc partagé deux desserts, qui sont déclinés en un ensemble de carrés (15€) offrant le loisir de piocher à droite et à gauche, allant de l'intensité du chocolat (macaron, moelleux, sorbet,palet) à la fraîcheur des glaces (vanille bourbon, pomme, ananas, caramel salé). Une gourmandise totalement assumée, car les desserts valaient vraiment le détour!



Les glaces et les chocolats

Pour les inconditionnels du brunch dominical, Drouant offre aussi cette possibilité avec son "p'tit traînard" à 35€, à tester bientôt! Le reste du semainier est d'autant plus alléchant au même prix abordable, quand à la carte aux propositions plus élaborées, elle peut frôler les 50~80€.


Verdict Un plat simple et généreux à 18€ dans un lieu si chic, en plein centre de Paris, et avec la crise qui bat son plein, autant dire l'aubaine du siècle!


Drouant
16/18 Place Gaillon 75002 Paris
01 42 65 15 16

http://www.drouant.com/

Aucun commentaire: